Aider la presse,

ou aider le journalisme indépendant ?

Ce débat est né du numéro R! Actualité sur La concentration des médias qui s’inspirait d’un rapport sénatorial et du rapport de 2021 du Syndicat professionnel du secteur. Les deux documents concluent à l’inadaptation profonde des aides actuelles à la presse et à la nécessité d’un débat national sur cette question.

Notre numéro sur Les sondages présidentiels montrait également la nécessité d’alimenter le débat public, notamment en période électorale, d’enquêtes d’opinion non manipulées.

Notre débat n’en est qu’à son tout début, mais les premiers échanges suggèrent de passer d’aides matérielles à la presse, à des aides au journalisme indépendant.

Les aides actuelles à l’impression ou à l’affranchissement de la presse papier ont l’avantage d’éviter de s’interroger sur les bénéficiaires, donc sur les critères d’aide, mais il nous semble possible de s’accorder sur des critères consensuels d’indépendance, de qualité et d’audience ; et sur les cibles d’aide possibles : par exemple des équipes de journalisme d’information générale, des équipes corrigeant la désinformation, et des enquêtes d’opinion.

 

 

– Une agence indépendante « notant » les équipes de journalisme d’information générale sur la réalité des moyens d’information mobilisés (journalistes), leur indépendance (muraille de Chine s’il y a un actionnaire privé, indépendance des pressions politico-administratives s’il y a un actionnaire public).

– Une consultation une fois l’an (des citoyens ? des résidents ? des francophones ?) pour attribuer un certain nombre de votes aux équipes candidates à une aide ayant une bonne notation.

– Une taxe sur la publicité, touchant tous les types de publicité y compris celle des plateformes numériques, qui serait ventilée en fonction de la consultation.

 

La conduite de ce chantier fait l’objet d’un débat dans R!