◼◼◻ Page à enrichir

Partager

Dernière modification le 23/06/2022 à 16:26

Ressources de la Terre

l’énergie

Quels défis consensuels tirer de ce thème ?

 

Voir aussi Electricité nucléaire

Sécurité d’approvisionnement: très forte dépendance de l’étranger ; difficulté de stockage et intermittence de la production et de la consommation, qui impose de regarder nos besoins et nos capacités à la fois en moyenne et en pointe

Sécurité climatique: Les trois quarts des rejets de gaz à effet de serre (73%) sont liés à l’énergie, essentiellement les énergies carbonées ; et en France les deux-tiers des énergies utilisées sont des énergies carbonées, pétrole, gaz et marginalement charbon (transport, chauffage, production…).

Coûts, nuisances, risques technologiques liées à la production et à la consommation d’énergie, directes et indirectes, sur les ressources minières, sur l’eau, sur les paysages…

Double défi de la transition énergétique : rendre durable notre consommation d’énergie, et notre production d’énergie malgré ces risques.

Contrainte politique pour se mettre d’accord, car la maitrise de la consommation et de la production imposent des contraintes très différentes pour les uns et pour les autres: hausses de prix, rationnement, localisation des nuisances… Cela doit se faire de façon équitable.

Mutualisation large des risques liés à la transition. (ici pour pointer sur Sécuriser notre accès à l’énergie indispensable, ou ou au niveau des défis pour pointer sur un partage équitable des ressources énergétiques européennes ?

 

  • Une électricité produite de façon équilibrée

L’électricité est une partie importante (30% ?) et croissante de la production/consommation d’énergie. Elle peut être produite de façons différentes. La sortie de la production d’électricité par pétrole, gaz ou charbon est consensuelle. Les parts respectives des bioénergies, des autres énergies renouvelables et du nucléaire font en revanche débat.

La réduction du coût et du risque suppose une discussion constructive et une collaboration avec nos partenaires européens, avec qui nos réseaux sont interconnectés. Un compromis national solide est la clé d’un compromis européen bon pour la France

 

  • Le contrôle de la transition énergétique

Une chose est de s’accorder sur la cible, une autre de s’accorder sur un contrôle collectif du cheminement vers cette cible. Ce contrôle semble défaillant :

  • Sur le nucléaire, la prolongation coûteuse des centrales existantes absorbe les énergies humaines et financières sans assez de réflexions et de discussions sur la génération suivante.
  • Sur les énergies renouvelables, on constate la même carence de discussions sur leur intermittence et le lien qu’elle crée avec un marché du gaz instable et le maintien d’émissions de méthane, gaz à effet de serre.

 

  • L’optimisme dans les découvertes à venir

Une partie des débats oppose optimistes et pessimistes. Des découvertes allègeront les contraintes, et d’autant plus qu’on y mettra plus de moyens. Mais rien aujourd’hui ne garantit leurs résultats. Et donc le respect des générations futures commande de dire : on allège les contraintes dès que les découvertes le permettent. Certes, depuis deux siècles, les générations précédentes ont « craché en l’air et avancé », faisant des paris sur la tête de leurs petits-enfants. Mais c’était avant que nos choix mettent en jeu la viabilité même de la planète.

 

  • L’énergie éolienne soulève des débats

La filière de production d’électricité par le vent est une des façons les moins carbonées de produire de l’électricité. La France, couverte de moulins à vent il y a encore 150 ans, a un potentiel éolien important et l’un des moins exploités. Mais la fracture semble s’accroître dans l’opinion, entre pro et anti éoliennes. Les riverains s’opposent à la construction d’éoliennes, aussi bien sur terre que sur mer. Chaque projet fait l’objet d’une guérilla juridique qui ne satisfait aucun des camps en présence.

Il est en principe possible de produire une énergie considérable en utilisant la force du vent (voir Enrichissement de cette page). Mais le vent ne souffle pas tout le temps : il y a des creux, des périodes avec très peu de vent sur l’ensemble de l’Europe. Cela impose de faire appel à des énergies carbonées comme le gaz, alors que l’objectif est justement de s’en passer. Ce problème de décalage se retrouve pour plusieurs énergies renouvelables (eau, soleil, vent).

 

rendre durable notre production d’énergie

rendre durable notre consommation d’énergie

Enrichissements

Enrichissements