◼◻◻ Page à construire

Partager

Dernière modification le 24/04/2022 à 10:48

Sécurité

guerre

Quels défis consensuels tirer de ce thème ?

 

Tous les débats qui concernent plus largement les menaces internationales sont discutées sur le thème Sécurité internationale. Ceux sur les armes sont discutés sur le thème Armes

 

  • La valorisation de la guerre par les puissants

Cette remarque de Kaja Kallas première ministre d’Estonie, au journal Time en avril 2022:

Notre expérience de la guerre est complètement différente de celle de certains grands pays qui ont été des empires. En vous promenant dans certains pays Européens vous voyez des documents à leurs grands héros de guerre mais ce sont tous des héros de guerre qui ont conquis. Alors que pour nous la guerre signifie la destruction totale, et quelque chose qu’on ne peut pas voir positivement.

 

  • Mettre fin aux guerres entre pays

Le premier problème d’intérêt collectif à l’international est le même que dans un pays : comment éviter la violence humaine ? Et donc à l’international, comment éviter la guerre ? (les problèmes liés au terrorisme, une violence de guerre qui n’est pas revendiquée par un pays, sont discutés ailleurs). La violence armée a largement disparu à l’intérieur d’un pays comme la France : les armes sont interdites et on gère nos conflits autrement. Elle reste très présente entre pays et la menace de la violence militaire est constante. Chaque nation considère toujours qu’elle peut seule se défendre et se venger : un réflexe qui ressemble aux rapports de force brutaux entre personnes d’il y a quelques milliers d’années, avant l’apparition d’autorités ayant le monopole de la justice et de la sanction. Toutes les nations continuent de consacrer des moyens immenses à s’armer par peur les unes des autres, moyens qui alimentent cette peur en retour et justifient la course aux armes de guerre. Ce n’est pas une malédiction éternelle, comme le montre le résultat obtenu en quelques dizaines d’années entre les membres de l’Union européenne, après des siècles de guerres entre eux. Un défi serait de rendre les interventions militaires à l’étranger inutiles.

 

  • Éteindre les guerres civiles étrangères

Vietnam, Irak, Syrie, Libye, Yémen, Afghanistan, Sahel… L’essentiel des guerres contemporaines ne sont plus au départ des guerres entre pays, mais des guerres civiles dont l’un des camps (ou les deux) est soutenu par d’autres pays. La France a participé ou participe à plusieurs d’entre elles. L’expérience de ces interventions a souvent été cuisante, pour les pays intervenants et encore plus pour les pays cibles. Ces interventions apparaissaient pourtant bien intentionnées au départ, avec la volonté d’aider un “bon” gouvernement national face à des révolutionnaires dangereux, ou d’aider une opposition démocratique face à un “mauvais” gouvernement national. Comment éviter les guerres civiles étrangères sans engager l’armée nationale ? Chaque collectivité nationale a mis au point des récompenses et de sanctions qui encouragent les comportements citoyens. La collectivité internationale a besoin également d’un accord universel sur les sanctions des mauvais voisins.

 

  • Utilité du droit humanitaire ?

Droit humanitaire reste soumis aux nécessités de la guerre, qui est une violence. La guerre ne peut pas vraiment se cadrer. Évacuer les femmes et les enfants pour tuer plus librement les hommes ? Largement utilisé pour accuser les autres de barbarie.

Il n’y a pas de compétence universelle en France contrairement à l’Allemagne et l’Espagne (à vérifier). Tous les pays de l’UE sont pourtant signataires du Statut de Rome qui essaie d’éviter l’impunité sur les crimes de guerre. Cour Pénale Internationale La Haye.

Mais parler de droit de la guerre et de droit humanitaire est un oxymore. Le vrai gain serait de considérer la guerre comme un crime.

 

 

 

rendre les interventions militaires à l’étranger inutiles

Accord universel sur les sanctions des mauvais voisins

Enrichissements

Enrichissements