◼◻◻ Page à construire

Dernière modification le 30/11/2021 à 15:40

sondages politiques

Quels problèmes d’intérêt collectif sont liés aux sondages politiques ? Quels défis mobilisateurs en tirer ?

 

  • Un problème de principe pour l’intérêt collectif

Tout sondage national sur des questions politiques ou sociales pose un problème d’intérêt collectif, parce qu’il fait parler les Françaises et les Français. Il permet ensuite d’affirmer, face à une décision collective à prendre : “les Français pensent que…”. C’est un énorme pouvoir dans une démocratie où le peuple est censé décider. Cela revient à dire que n’importe qui avec les moyens financiers et techniques nécessaires peut “faire parler” les Français sur des questions qu’il choisit et au moment qui l’arrange. Il est d’intérêt collectif de vérifier dans quelles conditions cela se fait.

 

  • La qualité des sondages

La qualité scientifique de beaucoup de sondages politiques est médiocre (voir la page Enrichissement liée à cette page). Ils tirent de leurs résultats chiffrés une apparence scientifique, avec les mêmes problèmes dans nos débats que les chiffres, discutés à propos du thème des chiffres et des statistiques, qui aboutit à deux défis transposables aux sondages politiques pour les faire accéder vraiment à un statut scientifique :

  1. Que des institutions indépendantes certifient la qualité des sondages politiques. Actuellement, une Commission des sondages signale certaines entorses, mais personne ne certifie la qualité d’un sondage.
  2. Que ceux qui présentent les sondages donnent le mode d’emploi de leurs résultats et notamment leurs limites.

 

  • Quels sondages en période électorale ?

Des sondages de qualité scientifique peuvent éclairer un débat politique s’ils nous posent les bonnes questions au bon moment, ce qui pointe vers le même défi que pour les chiffres : l’alimentation non partisane en sondages des débats nationaux. Une responsabilité énorme qui peut difficilement être laissée entre les mains de médias pauvres ou partisans.

Des sondages, même scientifiques, ne sont pas forcément indiqués en période de débat électoral car ils biaisent le débat politique. Ils sont “comme des votes” et aggravent les risques démocratiques du vote (discutés à propos du thème Discussions collectives, décisions et votes, qui montre que le vote majoritaire est un pis-aller par rapport à une décision unanime). Dans l’idéal, un vote ou l’élection est précédé de discussions ouvertes dégageant les points d’accords, limitant au minimum les points de désaccord, pour que le vote ferme la discussion en tranchant en dernier ressort les points en désaccord. Les sondages peuvent polluer ces discussions : en présentant des options à la main de celui qui organise le sondage, ils “font comme si” la discussion avait eu lieu et risquent de la fermer prématurément.

 

  • Les problèmes des sondages sur les candidats

Un vote sur les personnes accorde une prime à la notoriété et encore plus pour une élection présidentielle qui exige une notoriété nationale : elle donne un avantage énorme à la notoriété acquise de ceux qui sont déjà dans la place politique ou qui ont acquis une notoriété par ailleurs (journalistes, acteurs, humoristes…). Ce filtre empêche d’être sûr que le choix réel, le jour de l’élection, se fera entre de “bons candidats”, bons du point de vue de l’intérêt collectif. Les sondages sur les candidats aggravent le danger puisque l’organisateur du sondage crée ou détruit la notoriété des candidats : il peut faire exister des candidats très connus mais marginaux, ou faire paraitre d’emblée “hors course” des candidats oubliés dans le sondage. Les résultats des sondages aggravent le phénomène : ils sont interprétés par certains électeurs comme des tours de vote avant “le vrai” et le vote utile va faire disparaître d’emblée un candidat ayant des choses importantes à dire, ou donner au contraire de la crédibilité à un candidat marginal qui “fait le spectacle”.

Un défi (identifié à propos du thème du vote) serait une méthode consensuelle pour pré sélectionner les candidats à une élection nationale. Cette méthode décrirait le rôle des sondages portant sur les candidats à une élection.

 

  • Les problèmes des sondages sur les questions politiques ou sociales

Les sondages sur les thèmes et les idées peuvent être utiles à l’intérêt collectif s’ils enrichissent le débat avant des décisions collectives. Ils sont au contraire nuisibles, s’ils se substituent au débat et permettent aux responsables de croire savoir “ce que veulent les gens” et se passer de leur demander. Cette difficulté renvoie aux problèmes et défis de l’organisation politique, et tout particulièrement à celui d’une possibilité pour chacun de participer aux décisions collectives. C’est dans le cadre de ce défi qu’un rôle est à imaginer pour les sondages nationaux, plus valorisant pour les membres de la collectivité et plus utile à l’intérêt collectif qu’un classement de priorités entre sécurité, éducation et écologie.

Cette page est une ébauche : n’hésitez pas à aider à la construire dans l’espace de discussion ci-dessous. Un défi déjà identifié est discuté directement sur sa propre page.

 

Etapes liées

2

Une méthode consensuelle pour pré sélectionner les candidats à une élection

Enrichissements

E

la technique des sondages politiques

Enrichissements

E

la technique des sondages politiques