◼◼◻ Page à enrichir

Dernière modification le 30/11/2021 à 15:31

politique

Quels problèmes d’intérêt collectif pose la politique ? Quels défis mobilisateurs en tirer ?

 

  • Un débat politique appauvri

Ces 40 dernières années, les dirigeants politiques ont adopté pour décider les outils de l’économie et de la valeur marchande (avec des biais discutés sur ces pages) : l’objectif politique devient d’augmenter la croissance de la consommation marchande, les mécanismes de marché sont le meilleur moyen d’atteindre l’intérêt collectif. Le débat politique s’est appauvri : on ne débat plus d’arguments moraux sur lesquels chacun a un avis, mais de techniques économiques, entre experts. Trump, le Brexit, les Gilets jaunes, le terrorisme… nous rappellent qu’un débat politique pauvre laisse le champ libre à l’intégrisme national ou religieux. Un défi serait de rééquilibrer valeur marchande et valeurs morales dans le débat politique.

 

  • Un rôle politique étriqué pour les citoyens

Nous sommes de plus en plus éduqués et informés. Beaucoup, notamment les plus jeunes, se satisfont mal du rôle modeste que leur laisse la démocratie “à la française” : essentiellement un choix tous les cinq ans entre un nombre limité de personnes pour l’élection présidentielle. En témoigne l’abstention croissante des jeunes (3 jeunes sur 4 ?) et l’incapacité des partis politiques à recruter des jeunes. Un défi serait la possibilité pour chacun de participer aux décisions nationales.

 

  • Des responsables politiques hors sol

La coupure entre les responsables politiques et celles et ceux qu’ils représentent est forte et semble s’accroître. Beaucoup ont l’impression que l’élite politique est dans une bulle, qu’elle ne leur ressemble pas et ne connait pas leur vraie vie. Le défi serait une élite politique à l’image de la collectivité nationale.

La coupure est aggravée par les doutes sur la probité des élus : les français dans les sondages sont parmi les plus soupçonneux d’Europe. Leur méfiance, parfois justifiée, parfois non, sape la démocratie et l’intérêt collectif, censés être défendu par les élus. Le défi serait une élite politique au-dessus de tout soupçon et une méthode consensuelle pour pré sélectionner les candidats à une élection nationale.

 

  • La présence des lobbys

La critique des lobbys est générale, même si tout le monde ne dénonce pas les mêmes. Pourquoi participer à la démocratie politique si le vrai pouvoir est ailleurs, chez ces lobbys qui font pression sur toutes les décisions après l’élection ? Le défi serait de rassurer sur la façon dont se prennent les décisions politiques.

 

  • Une présidentielle écrasante

Notre constitution donne un poids au pouvoir présidentiel sans équivalent dans les autres démocraties européennes. Il écrase les débats collectifs et les autres élections : les décisions des 925 parlementaires se retrouvent fortement guidées par une seule personne. Le défi serait de rééquilibrer les rôles du président et du parlement. (politique locale, européenne et internationale sont discutées ailleurs).

 

  • Des discussions qui tournent à l’affrontement

Les débats sont de plus en plus clivés, simplistes et à court terme. Enfermés dans des discussions-duels plutôt que des discussions-négociations,  les élus semblent plus préoccupés de parler à leur camp et de blesser le camp adverse, que de chercher ensemble l’intérêt collectif. Pour fonctionner, la démocratie représentative doit pourtant mettre en scène la négociation : ce n’est que si je vois que mes arguments sont défendus et pris en compte que je peux me sentir engagé par les décisions collectives prises. Le défi serait des parlementaires engagés dans des négociations claires entre eux.

 

  • La difficulté à concilier urgence et démocratie

La Covid 19 a montré la difficulté à concilier urgence et démocratie. Les citoyens soupçonnent les décideurs d’abuser de l’argument de l’urgence, et cette méfiance, justifiée ou non, nous divise au plus mauvais moment, elle affaiblit notre efficacité collective contre la menace. Le défi serait de s’accorder sur ce qu’entraine une urgence nationale.

 

  • Le danger du court-termisme

Les problèmes posés par la viabilité de la planète pour notre espèce sont discutés ailleurs. Ils nous rappellent que nous sommes désormais capables par nos décisions collectives de modifier toute la planète et ses équilibres. Ce pouvoir pose à la politique un défi complètement nouveau : inventer les outils politiques capables de nous engager sur une génération.

 

Sont discutés sur d’autres pages,

Cette page est une ébauche : n’hésitez pas à la commenter/critiquer ou à décrire d’autres problèmes liés à la politique dans l’espace de discussion ci-dessous. Chaque défi déjà identifié est discuté directement sur sa propre page.

Etapes liées

2

rééquilibrer valeur marchande et valeurs morales dans le débat politique

2

La possibilité pour chacun de participer aux décisions nationales

2

Des élus au-dessus de tout soupçon

2

Rassurer sur la façon dont se prennent les décisions politiques

2

Rééquilibrer le président et le parlement

2

Des parlementaires obligé(e)s à négocier

2

S’accorder sur ce qu'entraine une menace nationale

2

Une élite politique à l'image de la collectivité nationale

2

Inventer les outils politiques capables de nous engager sur une génération

2

Une méthode consensuelle pour pré sélectionner les candidats à une élection

Enrichissements

Enrichissements