Dernière modification le 28/11/2021 à 19:02

Travail

Quels problèmes d’intérêt collectif pose le travail ? Quels défis mobilisateurs en tirer ?

 

Dans l’emploi du temps de chacun, le travail s’oppose aux loisirs. Les problèmes et défis spécifiques posés par les loisirs sont discutés à propos de ce thème.

 

  • Pourquoi le chômage ? le travail comme un droit ET un devoir

Dans un monde où la valeur marchande domine, la valeur sociale d’un chômeur ou d’une chômeuse est nulle et cette dévalorisation ne peut être compensée par des allocations. Il faudrait assurer à chacun la dignité d’un travail utile, respecté, dont il comprend la contribution à la réussite collective. C’est ce qu’exprime très bien notre constitution : “chacun a le devoir de travailler et le droit de trouver un emploi”. Nous savons retrouver cet équilibre droit/devoir dans une petite équipe : on se partage le travail, chacun a son mot à dire sur son rôle (dans une certaine limite puisqu’il faut bien que les corvées se fassent), mais personne ne peut “se tirer des flutes” et laisser sa charge de travail aux autres. Comment retrouver cette évidence au sein de la collectivité nationale ? Le défi serait un travail garanti à qui peut travailler, moyennant des contraintes équitables pour tous.

 

  • Pourquoi des travailleurs pauvres ?

Le travail apporte aussi bien sûr une rémunération marchande, qui doit permettre à tous ceux qui travaillent de mener une vie digne. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. Le défi serait la disparition des travailleurs pauvres.

 

  • Le travail apporte bien plus qu’une rémunération

Pour l’économie, c’est simple : le travail sert à produire et reçoit une rémunération. La question du plaisir au travail n’est pas un objectif. Pourtant, nous tirons de notre travail bien plus (ou bien moins) que cette rémunération, selon le plaisir ou la souffrance qu’il nous apporte. La qualité d’un travail pour qui l’exécute est une question essentielle dont on ne sait presque rien. Comparons le choix d’un travail sur le marché du travail avec le choix sur une plateforme numérique d’une chambre d’hôtel dans laquelle on passera une douzaine d’heures  : dans les deux cas on sait la durée et le prix, mais sur la chambre on saura d’un clic toutes ses caractéristiques, des photos, des avis multiples… Le défi serait d’en savoir autant sur un travail que sur une chambre d’hôtel et que la qualité du travail s’intègre au fonctionnement de l’économie.

 

  • Les travaux dont personne ne veut

Pour l’économie, c’est simple, il y a toujours un prix qui va convaincre une personne d’occuper un travail : il faut bien manger. Des emplois en France ne trouvent pas preneur : des emplois industriels, dans le soin, la logistique… La rémunération n’est qu’une partie du problème (un paradoxe du marché du travail est que les travaux les plus rebutants sont les plus mal payés) : la qualité est également en cause. Face à ce problème de qualité, plusieurs approches ont été tentées : celle de nouvelles technologies, qui peuvent faire disparaître des travaux souvent répétitifs dont personne ne veut (voir ci-dessous), celle aussi de faire appel à des travailleurs ou des travailleuses étrangers moins exigeants. Les problèmes qu’elle pose sont discutés à propos de l’immigration, amenant au défi de renoncer progressivement à l’argument : aucun(e) français(e) ne veut faire ce travail, donnons-le à un(e) étranger(e)”. Relever le défi d’intégrer la mesure de la qualité du travail dans le fonctionnement de l’économie (ci-dessus) aiderait aussi.

Reste que demain comme aujourd’hui il restera dans la collectivité nationale des travaux dont personne ne voudra, ceux qu’on appelle parfois les “corvées”. Le défi est alors le même que dans une petite équipe : inventer un partage équitable des travaux dont personne ne veut.

 

  • L’accueil des jeunes

Le jour où l’abondance règnera partout sans effort, on pourra revoir le statut du travail, mais en attendant, le travail est notre premier lien social. Et donc l’entrée dans le travail est une transition essentielle pour un jeune. Cette transition entre l’éducation et le travail fonctionne aujourd’hui mal pour beaucoup de jeunes, et progresser est difficile, parce que personne ne s’en sent vraiment responsable, ni les enseignants, ni les employeurs. Un défi serait un passage de témoin éducateurs employeurs assurant un travail à chaque jeune (défi commun bien sûr avec l’éducation).

 

  • Les statuts du travail

Nous nous divisons quand des statuts différents des travailleuses et des travailleurs créent des injustices sur l’essentiel ; les entreprises ont la tentation d’optimiser le statut pour diminuer leurs responsabilités ; le défi serait d’assurer l’équité des statuts du travail, qu’il soit gratuit, public, salarié ou indépendant.

 

  • La discrimination à l’embauche

Les problèmes et les défis qu’elle pose sont discutés à propos des discriminations et de l’inclusion.

 

Cette page est une ébauche, n’hésitez pas à la commenter/critiquer ou à décrire d’autres problèmes liés dans l’espace de discussion ci-dessous. Chaque défi déjà identifié est discuté directement sur sa propre page.

Etapes liées

2

Rémunérer un travail assez pour accéder à l'essentiel

2

un passage de témoin éducateurs employeurs assurant un travail à chaque jeune

2

Un travail garanti à qui peut travailler moyennant des contraintes équitables pour tous

2

Chaque travail à un impact positif sur la santé du travailleur

2

Assurer l'équité des différents statuts du travail

2

Intégrer la mesure de la qualité du travail dans le fonctionnement de l'économie

Enrichissements

Enrichissements